1 année
0 0

Panama Papers les noms

Rédigé par
panama papers

Une enquête menée pendant un an par 378 journalistes de 77 pays sur 11,5 millions de documents provenant du cabinet juridique panaméen Mossack Fonseca.

Ces révélations, regroupées sous l’appellation « Panama papers », ne sont que la face visible de l iceberg , mais une chose est claire: la plus grand fuites de données dans l’histoire du journalisme d’ investigation promet d’avoir des répercussions sur les riches et puissants dans le monde entier. Déjà, les dirigeants de l’ Islande et la Russie sont confrontés à des questions sur leur utilisation du cabinet d’avocats panaméenne Mossack Fonseca

Ces documents, remis au journal allemand Süddeutsche Zeitung par un lanceur d’alerte dont l’identité n’a pas été révélée, ont permis d’analyser dans le détail près de 214.500 entités créées par ce cabinet entre 1977 et 2015 dans une vingtaine de paradis fiscaux, pour le compte de clients issus de plus de 200 pays.

M ossack Fonseca a été formé en 1977 par Jurgen Mossack et Ramon Fonseca. Les deux Panaméens ont formé la société en tant que fournisseur de sociétés fictives à la riche et puissante dans le monde entier.

Le président François Hollande a promis que le fisc et la justice mèneraient les investigations nécessaires.

Le directeur du quotidien Le Monde, Jérôme Fenoglio, s’est engagé à divulguer le nom d’un « grand parti politique français ».

L’émission Cash Investigation diffusée mardi sur France 2 promet aussi de dévoiler des informations sur l’ancien ministre Jérôme Cahuzac, le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret Patrick Balkany, l’homme d’affaires Patrick Drahi, mais aussi sur les pratiques de la banque Société Générale. Un millier de Français au total seraient concernés.

Le quotidien Le monde déclare après l’analyse des données « Panama Papers »que la banque française Société Générale fait partie des cinq banques qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l’intermédiaire du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca.
« Au total, elle compte à son actif 979 sociétés, derrière la britannique HSBC (2.300 sociétés), les suisses UBS (1 .100 sociétés) et Credit Suisse (1.105 sociétés) », selon le journal, qui précise que « deux-tiers de ces entités offshore ont été créées par SG Bank and Trust Luxembourg ».

«Panama Papers»: des proches de Marine Le Pen visés par le scandale
Selon le quotidien, un système, « organisé par le premier cercle de fidèles de la présidente du Front national », « a été utilisé pour sortir de l’argent de France, au moyen de sociétés-écrans et de fausses factures avec la volonté d’échapper aux services antiblanchiment français ».

« L’enquête conduite par Le Monde en partenariat avec le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) a permis de mettre au jour un système de dissimulation d’avoirs financiers, organisé dans des centres offshore d’Asie et des Caraïbes par le premier cercle de fidèles de la présidente du Front national (FN), au premier rang desquels l’homme d’affaires Frédéric Chatillon et l’expert-comptable Nicolas Crochet », écrit le quotidien du soir sur son site internet.

 

 

Article Tags:
Article Categories:
Entertainment · International

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title